Guide pratique du trufficulteur : Comment réussir son verger à truffes ?

Comment implanter une truffière avec succès ?

Spécialiste de la production de plants truffiers, les pépinières ROBIN se proposent de vous accompagner, pas à pas, dans la réalisation de votre truffière. Depuis le choix des plants, la sélection de la parcelle, la méthode de plantation, l'entretien et taille des arbres truffiers... jusqu'au cavage de vos toutes premières truffes, retrouvez tous nos conseils à travers ce guide pratique de la trufficulture. Il contient tout ce qu'il faut savoir pour implanter une truffière avec succès ! Notez que parallèlement à ce guide, nos équipes se tiennent à votre disposition pour vous conseiller à chaque étape de la réalisation de votre verger à truffes et ainsi obtenir le meilleur rendement.

Conditions essentielles et facteurs de réussite pour cultiver la truffe

La truffe est un champignon que l’on retrouve naturellement dans diverses régions de France et d’Europe. Toutefois, la culture de ce champignon mycorhizé se heurte à un certain nombre de contraintes. Plusieurs conditions doivent être réunies pour favoriser son développement :

  • la situation géographique : idéalement, la parcelle doit être située sur un plateau ou présenter une légère pente. Une exposition sud, sud-est ou sud-ouest est recommandée pour assurer un bon ensoleillement. Le sol doit être suffisamment calcaire, bien drainé et riche en matière organique.
  • les conditions climatiques sont également importantes, tant pour l’arbre que pour la truffe. Si les saisons doivent de préférence être marquées, le climat ne doit pas être trop rigoureux (sécheresse, gel…).
  • le précédent cultural (et la concurrence éventuelle d’autres champignons mycorhizés) influent également directement sur la réussite d'un projet de truffière.

Outre ces critères géographiques, climatiques et culturaux, d'autres facteurs sont à prendre en considération afin de mettre toutes les chances de son côté au moment d'implanter un verger à truffes. Ainsi, les trufficulteurs professionnels s'accordent pour dire que 5 facteurs fondamentaux déterminent la réussite et la pérennité d'un projet de truffière :

  1. La qualité des plants truffiers
  2. La qualité du terrain (l'aptitude du sol à la trufficulture, ses qualités physiques et chimiques...)
  3. La méthode de plantation (préparation du sol, protection des plants...)
  4. La possibilité d’irriguer le verger à truffes
  5. L’entretien apporté à la truffière au fil du temps
Crutial !
Le choix des plants truffiers, les caractéristiques du sol, la méthode de plantation, l'irrigation et l'entretien apportée à la truffière sont les 5 facteurs fondamentaux pour la réussite d'un verger à truffes.

1. Le choix des plants truffiers : Misez sur la qualité des plants mycorhizés

Choisir un plan truffier Robin, c'est l'assurance d'opter pour un plant dont la qualité est certifiéeDe manière générale, privilégiez des essences d’arbres qui sont déjà naturellement présentes dans votre région. Recensez les feuillus (ou résineux) déjà majoritairement implantés dans les bois et forêts à proximité de vos parcelles. Si le chêne blanc (Quercus pubescens) et le chêne vert (Quercus ilex) restent des valeurs sûres pour la trufficulture, d’autres essences sont aptes à produire des truffes : noisetier, tilleul, charme, pin, cèdre, hêtre.

Après avoir pris le temps de sélectionner l'essence qui s'acclimatera le plus facilement à votre territoire, ne négligez pas la qualité des plants qui viendront constituer votre truffière. Optez pour des plants dont la mycorhization est certifiée et qui sont produits selon des méthodes rigoureuses. Pour augmenter vos chances de réussite, choisissez des plants affichant un taux de reprise proche de 100 % (vous vous épargnerez ainsi de nombreuses déconvenues quelques mois après leur plantation).

Concernant l'âge et la taille des plants truffiers, vous aurez le choix entre de jeunes plants de 1, 2 ou 3 ans. Sachez simplement qu'en optant pour des plants élevés dans un godet de plus grand volume, vous optimisez la reprise de vos arbres et leur développement dans les années qui suivent la plantation. A noter qu’un jeune plant âgé de 1 an élevé dans un grand godet de 0,6l ou 1,5l donnera les meilleurs résultats.

Dans le milieu trufficole, les plants truffiers ROBIN® sont reconnus comme les meilleurs et sont les seuls conjuguant une méthode de production sous licence et contrôle INRAE + une certification environnementale MPS A. Cerise sur le gâteau, les plants truffiers ROBIN bénéficient d'une garantie de reprise !

Découvrez la gamme de plants truffiers ROBIN

2. Climat et topographie favorables à l'implantation d'un verger à truffes

La si­t­u­a­tion géo­graphique et le climat sont des fac­teurs éminemment importants pour la réus­site d’une truf­fière. Vous aurez beau avoir choisis les meilleurs plants truffiers, si ces derniers sont implantés dans une zone climatiquement défavorable au bon développement de la truffe, comprenez bien que votre projet à du plomb dans l'aile et que vos futures récoltes s'annoncent compromises... Avant de vous lancer en trufficulture, il est donc nécessaire de vous assurer que votre position géographique (altitude, orientation, topographie...) et que le climat associé sont compatibles avec la culture d'au moins une variété de truffe.

    

Climat idéal pour la trufficulture

D'une façon générale, la culture de la truffe requiert un climat tempéré. Il lui faut une alternance suffisante, mais non excessive des saisons, durant lesquelles la pluviométrie, la température et l'ensoleillement sont justement répartis.

Altitude de prédilection de la truffe

Selon les conditions locales, les truffes peuvent se développer jusqu'à 1000 ou 1100 m, mais la grande majorité des truffières sont généralement implantées à des altitudes moindres, entre 200 et 700 mètres environ. Gardez à l'esprit qu'au plus vous montez en altitude et plus les facteurs défavorables à la truffe augmentent (risque de longues périodes de gel, cumuls de neige plus importants...).

Topographie de complaisance de la truffe

La truffe se plaît sur les plateaux et les pentes douces. Éviter les bas-fonds, combes, dolines qui sont très souvent sujets à des gels de printemps et à d'importantes accumulations d'eau provenant des ruissellements. Ces accumulations d'eau peuvent être préjudiciables au développement de la truffe.

Orientation parfaite d'un verger à truffes

Concernant Tuber melanosporum, privilégiez une orientation sud, sud-est ou sud-ouest, car l'ensoleillement doit être maximum.
En revanche, pour Tuber uncinatum, l’orientation a peu d’importance puisque la truffe de Bourgogne a besoin de plus d'ombre.


La synthèse des caractéristiques climatiques, topographique et géographiques ci-dessus, conjuguée à la nature des sols a permis aux pépinières ROBIN d'établir une carte des régions de France où la culture de la truffe est la plus opportune.

Carte des zones propices à la trufficulture en France

carte des zones propices à la trufficulture en France 


Légende des sols :

Sols favorables à T.melanosporum et T.uncinatum : roche-mère calcaire, pH>7 et taux d’argiles<35%.
  
Sols favorables à T.uncinatum et parfois T.melanosporum (si taux d’argiles<45% et pente ou forte charge en cailloux). Roche mère calcaire, pH>7 et taux d’argiles< de 35% à 60%.
  
Sols défavorables à T.melanosporum et T.uncinatum : roche-mère non calcaire et/ou pH60% et/ou sols hydromorphes (mauvais drainage).
  
Non sols ou absence de données

Cliquez sur la carte pour l'agrandir
(Carte modèle déposée ROBIN, reproduction interdite)

3. Évaluez l'aptitude de votre sol à la trufficulture

Les propriétés du sol (qualité physiques et chimiques) déterminent son aptitude à la trufficulture. Sa structure, son pH, sa teneur en matière organique, sa capacité drainante sont autant de caractéristiques qui permet de confirmer si votre sol se prête à l'implantation d'un verger à truffe. Cette analyse vous oriente à la fois sur l'essence hôte des plants truffiers à envisager mais également sur la variété de truffe la plus prometteuse selon la typologie de votre sol.

L'importance de l'analyse du sol

L'analyse de sol demeure une étape préalable indispensable à tout projet de verger à truffesLorsqu'une parcelle est retenue pour une future plantation à vocation truffière, il est indispensable de faire effectuer une analyse de sol. Cette analyse a pour but de déterminer les espèces : hôte (arbre) et surtout champignons les mieux adaptés à votre terrain. Elles sont fonction des caractéristiques physiques et chimiques de votre terrain, et notamment de son acidité (pH), de la teneur en calcium, et en matière organique.

Pour assurer la meilleure qualité de production d’arbres truffiers en France, les pépinières Robin vous accompagnent au travers d’une étude de votre site de plantation réalisée par le responsable commercial de votre région. Nous nous engageons à vos côtés pour la réussite de votre verger à truffes. Un échantillon de votre sol est prélevé dès sa visite chez vous. La réussite d’une plantation passant obligatoirement par le choix du terrain, ces prélèvements pour vos futurs vergers truffiers sont envoyés au laboratoire Teyssier, notre partenaire spécialisé dans les analyses de sol. A partir des résultats de l’analyse de sol, le laboratoire commente sur la possibilité ou non de cultiver dans ce sol, une espèce de truffe. Les pépinières ROBIN peuvent alors vous orienter au mieux sur le choix d’essence hôte (chêne, noisetier, charme, tilleul, pin etc…) et de l’espèce de truffe la mieux adaptée.

Découvrez les modalités d'une analyse de sol

A chaque truffe son terrain de prédilection

La truffe noire (Tuber melanosporum) : Elle exige un terrain calcaire, riche en calcium et de réaction alcaline. Le pH optimal se situe entre 7,5 et 8,5 avec au moins 8 % de calcaire total. Les sols favorables sont généralement peu profonds, 15 à 40 cm, sur roche fissurée, de structure grumeleuse ou sableuse. Ils doivent être bien équilibrés en éléments minéraux et en matière organique : le rapport carbone/azote (C/N) doit être voisin de 10. Éviter les sols compacts à texture trop argileuse : 35 à 40 % étant la limite. Le sol doit être drainant.

La truffe de Bourgogne (Tuber uncinatum) et la truffe d'été (Tuber aestivum) : Elles nécessitent un terrain calcaire : pH de 7 à 8. La teneur en matière organique doit être équilibrée. Le C/N (carbone/azote) peut atteindre 20. La teneur en argile ne pourra être beaucoup plus élevée que pour Tuber melanosporum, jusqu’à 40 à 45% maximum.

La truffe blanche d’hiver (Tuber magnatum) : Du point de vue chimique, les caractéristiques des sols à Tuber magnatum sont les mêmes que celles des sols à Tuber melanosporum et à Tuber uncinatum. Du point de vue physique, les sols à Tuber magnatum, sont des sols très particuliers (ce qui explique la localisation géographique de cette espèce). Ce sont des sols non superficiels, non caillouteux, de texture plutôt limoneuse sableuse, très aérée, à très bon drainage, restant frais aux périodes les plus sèches de l’année.

Attention aux cultures précédentes

Il est reconnu que la vigne, le lavandin, la luzerne, le sainfoin préparent la truffière. Ces végétaux n'abritent pas de champignons ectomycorhiziens, ce qui limite considérablement le potentiel de mycorhizes compétitives de la truffe. Par contre, il n’est pas conseillé d’installer une truffière sur une défriche ou un déboisement récent (moins de 5 ans). Car le risque de contamination des jeunes plants par les souches mycorhiziennes naturellement présentes sur les arbres en place est très important, avec à terme une diminution des chances de production de truffes. Il est également déconseillé de planter au milieu d’un bois ou à proximité pour les mêmes raisons.

4. Plantation des vergers à truffes : comment s’y prendre ?

Les arbres truffiers commencent en général à produire des truffes 5 à 8 ans après leur plantation. À condition bien sûr de les planter correctement et de les protéger efficacement contre les rongeurs et le gibier et de les entretenir très régulièrement.

Préparation des sols

La préparation idéale consiste à travailler le terrain en plein, en effectuant un labour à 30 cm minimum de profondeur, suivi d’un hersage avec une herse rotative par exemple. Pour les parcelles de petites surfaces : inférieure à 2 000m2 on réalisera une préparation du sol en potets : On travaillera alors le sol sur 2m2 et 30 cm de profondeur aux emplacements prévus pour la plantation. Si le sol est très caillouteux, faire un épierrage du trou de plantation, en veillant à créer un volume de terre meuble d’environ 50 litres autour du plant.

Stockage et préparation des plants truffiers

Dès réception, mettre les plants en position verticale, les arroser si nécessaire. Avant plantation, les stocker de préférence à l’extérieur sur un sol propre (ne pas les entreposer directement sur la terre), à l’abri du gel, et du vent, et à la lumière.

Implantation des plants truffiers

L'étape tant attendue : la mise en terre des plants truffiersPréparez le terrain à l’avance et ouvrez le trou de plantation. Retirez ensuite l’enveloppe plastique du Godet Robin Anti-Chignon® avant d'installer la motte verticalement sans la briser. Comblez alors le trou de plantation avec de la terre fine et recouvrez le sommet de la motte avec 2 cm de terre. Tassez légèrement en formant une cuvette autour du plant (pour recueillir l’eau d’arrosage et de pluie). Arrosez enfin à hauteur de 15 litres minimum d’eau par plant.

Concernant la distance et la densité de plantation, il faut trouver le bon compromis entre la précocité et la longévité de la production.

- Pour Tuber melanosporum : Les espacements conseillés sont de 4m sur la ligne et 6 m entre les lignes soit environ 400 plants par hectares. Il est nécessaire d’orienter les lignes NORD ‡ SUD afin que l’ensoleillement parvienne également des deux côtés de la haie. La plantation en carré également très intéressante doit se faire en respectant une distance de 5m par 5m entre chaque plant (soit 400 plants par hectare).
- Dans le cas de Tuber uncinatum, on adopte fréquemment des densités de 800 plants à 1000 plants / hectare (soit 4x3m ou 4x2,5m), car cette dernière truffe se développe de préférence dans les zones fraîches et ombragées.
- Pour Tuber aestivum : on plantera à une densité de 400 à 500 plants/ha (5x5 à 5x4 m) comme pour Tuber melanosporum.
- Pour Tuber magnatum : les distances de plantation conseillées sont identiques à celles de Tuber melanosporum, soit 400 plants/ha (4x6m, ou 5x5m).

Paillage

Une fois vos plants en place, vous pouvez procéder à leur paillage. L’utilisation de paillage évite la fastidieuse corvée de désherbage au pied des plants les deux premières années et réduit l’évaporation de l’eau (ce qui permet de maintenir l’humidité au niveau des racines de vos jeunes plants). Il en existe divers types, les plus performants sont les dalles de paillage biodégradables en liège aggloméré (dalles liège Robin de 70 cm de diamètre). Pour toutes les plantations à grande échelle, on peut utiliser le paillage plastique 80 microns, à dérouler en bande. On simplifiera ainsi les entretiens pour la suite. Ce paillage devra être retiré entre 3 et 4 ans après la plantation.

Protection de vos jeunes plants truffiers

La pose de filets individuels de protection contre les rongeurs est indispensable. Pour protéger les jeunes plants contre le gibier, il faut choisir une protection à maille climatique (ou maille brise-vent). Celle-ci en plus de la protection contre le gibier jouera un rôle d’ombrière pendant les fortes chaleurs et brise vent en cas de périodes froides et ventées qui dessèchent les plants. Nous vous recommandons d'opter pour une protection de hauteur H60cm et de diamètre 20 cm contre les lapins ou lièvres, et H120cm et de diamètre 30 cm contre les chevreuils.

Contre les sangliers, à l’heure actuelle, la protection la plus efficace, la moins coûteuse et plus rapide à installer reste la clôture électrique.

NB : les PLANTS TRUFFIERS ROBIN sont garantis de reprise à 80%, et cette garantie est portée à 100% pour les plants protégés par une gaine brise vent et un paillage type dalle liège ROBIN. (Voir conditions d'application sur notre catalogue en cours).

5. Entretien d'une truffière : Que faut-il faire ?

Une fois vos plants truffiers soigneusement mis en terre, paillés et protégés, c'est le travail continu d'entretien de votre truffière qui déterminera son évolution. Irrigation, travail du sol et taille des plants sont autant d'opération à répéter régulièrement tout au long des premières années de votre verger à truffes.

L'arrosage

L'irrigation ou l'arrosage des truffières apparaît de plus en plus indispensable compte tenu de la répétition des étés secs.Il est primordial durant les 2 premières années, pour assurer la reprise des plants, avec un microasperseur (jamais avec un goutte à goutte) ou manuellement en apportant 15 litres d’eau/ plant après plantation et au cours des périodes de sècheresse. Pour limiter l’arrosage les trois années qui suivent la plantation, il est vraiment conseillé d’installer un paillage au pied des jeunes plants truffiers. Les dalles de liège ROBIN sont recommandées.
- Entre la 2e et la 5e année, l’arrosage n’est nécessaire uniquement qu’en cas de sécheresse, et la fréquence sera adaptée aux conditions climatiques ainsi qu’au type de sol.
- A partir de la 5e année, l’arrosage aura pour but de satisfaire aux besoins hydriques des truffes. Il doit toujours être adaptée à chaque type de sol et à la pluviométrie. En moyenne, il est conseillé d’arroser environ toutes les 3 semaines.
Gardez à l'esprit qu'une irrigation mal conduite est plus néfaste que l’absence d’irrigation.

Le travail du sol

Un soin particulier est apporté au travail du sol de la truffière afin de favoriser l'activité biologique du sol et son aérationLe travail au sol est nécessaire pour obtenir une plantation de qualité et une production précoce. Il est indispensable de commencer à travailler le sol au pied des arbres dès la 1ère année de plantation sur 1 à 2 m2 et 15 à 20 cm de profondeur, dans le cas où l’on n’a pas posé de paillage et dès la 3ème ou 4ème année après avoir retiré le paillage.

Le travail au sol entraîne des conditions hydriques favorables, il garantit un apport de matières organiques favorisant une intense activité biologique du sol. Enfin, ce travail permet l’aération du sol.

D’autre part, le travail du sol avec un outil à dents coupantes, a également un effet très important sur le système racinaire. En travaillant le sol on réalise également une taille racinaire, et cette taille a pour effet de stimuler la croissance et le développement du système racinaire et entretenir ainsi le développement des mycorhizes qui se développent essentiellement sur les racines juvéniles. L’idéal est un travail du sol manuel à l’aide d’une houe ou d’une pioche. Dans le cas de plantation sur une surface importante on réalisera un travail mécanique, avec un griffon, un vibroculteur ou une herse sur minimum 15 à 25 cm de profondeur selon la profondeur du sol. Il est conseillé de travailler une fois par an, au début du printemps fin mars début avril.

La taille

La taille régulière des plants truffiers assure l'ensoleillement du sol et une stimulation du système racinaire : De quoi favoriser le bon développement des truffes.La taille assure un ensoleillement correct et une stimulation du système racinaire. Il s'agit de dégager le tronc sur 50 à 70 cm maximum, afin de permettre un bon ensoleillement. A noter que les plantations qui ne sont pas irriguées gagnent à ne pas être trop taillées, dans le bas afin de conserver un peu de fraîcheur, grâce à l’ombrage. Il est conseillé d’éclaircir les branches intérieures de la couronne, lorsque celle-ci devient trop dense, afin de limiter les risques de maladies et de parasites. Il est également conseillé de tailler les branches latéralement et en hauteur afin de limiter le développement de la couronne en diamètre et donc favoriser l’ensoleillement au pied des arbres.

Ce type de taille est recommandé uniquement pour Tuber melanosporum. Et elle devra se faire progressivement dès la 2ème ou 3ème année qui suit la plantation selon la croissance des plants truffiers. 

Ré-inoculation

Les ascospores qui sont présentes dans les truffes semblent avoir un rôle important dans le cycle de reproduction sexuée des truffes. Pour toutes les espèces de truffes un apport d’ascospores ou réensemencement des truffières peut donc être également recommandé de façon à favoriser la production. Par contre, il faudra utiliser exclusivement de l’inoculum de qualité produit à partir de truffes contrôlées morphologiquement et par un deuxième contrôle ADN.

Ces apports pourront être soit en plein autour de l’arbre, soit localisés en tranchées voir sous forme de pièges à truffes.

Traitement phytosanitaire

Veillez à n'utiliser que des produits de contact. Surtout aucun produit systémique ! Contre l'oïdium : la bouillie bordelaise ou le souffre peuvent être utilisés en alternance tous les 15 jours entre avril et juin. Insecticide de contact uniquement en curatif si nécessaire.

6. Le cavage des truffes : Quand et comment procéder ?

La récompense de tout le travail accompli : le cavage de la truffière à la recherche des truffesL'apparition des brûlés pourra se faire à partir de la 3ème ou la 4ème année, et la production pourra commencer sous les premiers arbres entre la 5ème et la 8ème année environ pour Tuber melanosporum, et entre 6 et 10 ans pour Tuber uncinatum. Elle dépendra de l'entretien, de l'arrosage et du terrain.

Dites "hypogés", les truffes se développent sous terre. Leur recherche, que l’on appelle "cavage", est par conséquent délicate. Le flair d’un chien dressé, voire l’observation de mouches spécifiques, peut vous aider à les trouver plus facilement, mais le chien reste le plus sûr moyen de chercher des truffes.

La période de récolte dépend de la variété de truffes produites. La truffe de Bourgogne et truffe blanche arrivent à maturité en automne, la Truffe noire se récolte en hiver tandis que la truffe d’été, comme son nom l’indique, se ramasse à la belle saison, entre juin et août.

7. Quid du rendement et de la rentabilité d'une truffière ?

Investir dans la trufficulture peut se révéler un choix attractif pour une bonne gestion patrimoniale. Il s'agit d'un placement rentable, durable et bénéfique pour l'environnement. En effet, en moyenne, un arbre truffier commence à produire vers 5 à 8 ans selon les espèces, les densités de plantation et l’entretien apporté au verger. Au cours de la 12ème année, la production indicative à l’hectare peut varier de 20kg à 90kg, dans le cas de Tuber melanosporum.

La production française de truffes a chuté de façon vertigineuse sur 100 ans. Elle est ainsi passée de plus de 1000 tonnes au début du 20ème siècle, à une moyenne de 30 tonnes par an entre 1990 et 2000. Depuis les années 1990, plus de 90% de la production française de truffe provient de truffières plantées avec des arbres truffiers provenant de la mycorhization contrôlée, dont beaucoup sont des PLANTS TRUFFIERS ROBIN.

10 questions/réponses concernant la réalisation d'une truffière

La truffe est un champignon qui se développe en terrain calcaire avec un PH élevé (>7-7.5) parfaitement drainant, pas trop argileux. Avant de vous lancer dans un projet de verger à truffes, nous vous conseillons vivement de recourir à une analyse de sol afin de vérifier si votre terrain est favorable à la trufficulture.

La règle d'or est de copier la nature. En effet, nous vous conseillons de choisir une espèce d'arbre adaptée à votre région c'est à dire une essence qui pousse naturellement dans votre zone géographique et surtout éviter de choisir une espèce qui n'est pas présente naturellement dans les environs, proche de la future plantation.

Les plants truffiers ROBIN® sont produits en godet ANTI-CHIGNON® de 4 volumes différents (de 0,4 à 3 litres). Dans un godet de plus grand volume, le développement racinaire sera plus important tout comme le nombre d'apex racinaires. Le nombre de spores sera également plus grand et le plant lui même aura un développement proportionnel au volume du godet. Un plant truffier ROBIN® élevé dans un godet de plus grand volume aura donc un meilleur potentiel.

Nous proposons quatre espèces de truffes différentes. Le choix de la variété de truffe la mieux adaptée à votre projet doit se faire en fonction des caractéristiques de votre terrain et des conditions climatiques de votre région.

Non, c’est déconseillé ! Chaque espèce de truffe a ses propres exigences, le terrain favorable à une espèce (par exemple Tuber uncinatum) n’est pas forcément favorable à la Truffe Blanche. Si vous souhaitez planter des plants truffiers mycorhizés avec des espèces de truffes différentes, il faudra garder une distance minimale de 15 à 20 mètres entre vos deux plantations.

Vous pouvez conserver vos plants durant plusieurs jours voire plusieurs semaines avant de les planter, car ils sont livré dans leur godet ROBIN ANTI-CHIGNON® qui préserve la fraicheur du système racinaire. Mais il faudra prendre certaines précautions: Les arroser régulièrement tous les 2 à 3 jours en attendant la plantation et les conserver à l'extérieur à l'abri du gel et du vent.

Nous déconseillons formellement de planter des jeunes plants mycorhizés avec de la truffe dans un bois déjà existant ; les racines des jeunes plants auront de très forts risques de se faire coloniser par des mycorhizes déjà installées sur les racines des arbres qui constituent votre forêt et gêneront le développement des mycorhizes de truffes présentes sur les jeunes plants truffiers que vous aurez planté ; si vous souhaitez planter un verger truffier, il faut le faire sur un terrain où il n’y a pas d’arbres à ectomycorhizes.

Biner et désherber 2 à 3 fois par printemps et été pour éviter que les jeunes plants TRUFFIER ROBIN® ne soient envahis par les mauvaises herbes autour des plants et pour ameublir le sol. Concernant l'irrigation, nous vous conseillons un arrosage à la plantation puis une fois toutes les 2 à 3 semaines en absence de pluie, de mai à septembre avec un apport de 15 à 20 litres par plants pour assurer la bonne reprise des plants. Les années suivantes, il faut continuer l’arrosage de préférence avec un système de micro-aspersion sur 2m² autour de chaque plant. Ne jamais utiliser de goutte à goutte.

Nous vous déconseillons d’ajouter de la matière organique, paillis ou autre, sans une analyse préalable du sol. Seule cette analyse pourra mettre en lumière d'éventuelles carences qu'il conviendra alors de couvrir.

Les plants truffiers se trouvent et s'achètent en Pépinière spécialisée telle que ROBIN Pépinières. Si vous habitez à proximité de nos points de vente (département du 04 et 05), n'hésitez pas à nous rendre visite, vous bénéficierez de précieux conseils avant de vous lancer. Sinon, vous pouvez acheter vos plants truffiers directement en ligne, via ce site web. Ils vous seront livrés à domicile !